Le blog ados de la médiathèque François-Mitterrand de Poitiers

Le blog ados de la médiathèque François-Mitterrand de Poitiers et son réseau

Léviathan : Une BD dont vous êtes le héros-l'héroïne / Jason Shiga


 (Cambourakis, 2022)


Vous connaissez le principe des livres dont vous êtes le héros ? Il s'agit d'histoires dans lesquelles le lecteur effectue des choix qui  renvoient vers différentes pages et ainsi construit son propre récit.

Léviathan est une BD conçue sur ce modèle. Il y est question d'un monstre marin à vaincre. Votre personnage doit prendre des décisions telles que des paroles à prononcer ou des directions à suivre.

Le dessin est aussi simple que la construction est complexe, de nombreux parcours étant possibles.

On ne peut qu'admirer le travail de conception qu'a dû demander cet ouvrage.

Ludique et facile d'accès pour le lecteur, cette aventure s'adresse aussi bien aux jeunes qu'aux adultes.

Rédactrice : Anne B. (Médiathèque François-Mitterrand)

À corps perdu / Muriel Zürcher

 

 (Didier Jeunesse, 2021)


Sacha a été élevé par un père qui lui a appris dès son plus jeune âge à avoir un physique et un mental d'acier pour être le plus fort lorsque surviendra l'effondrement de la civilisation. Techniques de combat, chasse, ne faire confiance à personne sont quelques uns des enseignements reçus.
Seulement lorsqu'on découvre l'adolescent âgé de 15 ans, il est en prison, accusé d'un acte terrible. Peu de temps après, lors d'un transfert, il parvient à s'évader dans la nature.
En parallèle, on suit Louise, une journaliste qui aimerait qu'on lui confie des dossiers plus importants et Océane, une jeune femme montrée du doigt pour sa corpulence.


À corps perdu sort des sentiers battus au sens propre comme au figuré. En effet, une bonne partie du roman se déroule dans la montagne. Écrit en pleine épidémie de coronavirus, il aborde le sujet du survivalisme en montrant le raisonnement d'un convaincu. Si certains éléments inculqués par son père servent au garçon, les circonstances le poussent à sortir du formatage reçu. Un roman captivant à lire à partir de 13 ans environ. 

Rédactrice : Anne B. (Médiathèque François-Mitterrand)

Prix du Roman des Collégiens 2023 - la sélection

Voici la sélection des 4 ouvrages de l'édition 2023 du Prix du Roman des Collégiens de la Vienne, destiné aux élèves de 4e, et dont la Médiathèque est partenaire. Le vote aura lieu dans les collèges au mois de Mai. 

 

 


- J'ai 14 ans et ce n'est pas une bonne nouvelle / Jo Witek (Actes Sud Junior)

- L'enfer / Marin Ledun (In8)

- A corps perdu / Muriel Zürcher (Didier Jeunesse)

- L'arpenteuse de rêves / Estelle Faye (Rageot)

Immonde ! / Elizabeth Holleville

 

 (Glénat, 2022)

Nour et son frère viennent de quitter Paris et d'emménager à Morterre, dans les Vosges. Leur père a trouvé du travail à l'usine Agemma, qui a créé beaucoup d'emplois dans la région. Cette usine traite un minerai hautement radioactif. Amine ne s'y sent pas très à l'aise, il est laissé de côté, et l'employé qu'il remplace a disparu. Nour sympathise bientôt avec l'androgyne Camille et son ami Jonas, qui fréquentent son lycée et sont fans de films et d'histoires d'horreur.

Une BD où sous couvert de thriller et de science-fiction sont dénoncées les manigances d'entreprises sans scrupules. Les relations entre les jeunes apportent une touche de chaleur à cet univers en violet et vert par ailleurs bien angoissant. 

Rédactrice : Anne B. (Médiathèque François-Mitterrand)

Ne le dis pas à Papa / Emmanuelle Han

 


 (Actes Sud junior, 2022)

 

Le jour de ses 18 ans, la narratrice part sans prévenir personne. Elle écrit son carnet de voyage en Chine, où elle a envie de disparaître, de fuir le "trou" qu'elle sent en elle.
Ses traits asiatiques la font passer pour une autochtone alors qu'elle ne parle pas la langue. Voyageant en train, elle fait diverses rencontres et suit certaines personnes plus ou moins longtemps.
Elle se perd au sens propre comme au figuré, sombrant à un moment dans la toxicomanie.
Maisons troglodytes, plaines, villes sinistres, monastère tibétain, voies ferrées, le paysage est varié et la beauté côtoie le lugubre.  La narratrice fait aussi l'expérience de contacts avec l'invisible.

Ce roman très dépaysant la voit cheminer du vide vers la plénitude. Bien que sorti dans une collection pour ados, il plaira sans doute davantage à des adultes.

Rédactrice : Anne B. (Médiathèque François-Mitterrand)

Moon / Cyrille Pomès

 


 (Rue de Sèvres, 2022)

Dans une station balnéaire de Méditerrannée, hors saison.
Bien que les téléphones portables soient interdits au collège, tous les élèves sauf Gabriel sont connectés en permanence.
Sur les réseaux sociaux, les selfies de la belle Luna sont particulièrement suivis par les filles comme par les garçons. Un jour, l'antenne-relais d'Internet tombe en panne. 

Voici une BD dans laquelle le "parler" et les attitudes des ados sont très bien restitués, rendant les personnages plus vrais que nature. La cruauté qui peut hélas advenir entre jeunes est présente aussi. Cependant, tout n'est pas noir. Les dessins de ce bord de mer déserté sont particulièrement réussis.

Rédactrice : Anne B. (Médiathèque François-Mitterrand)

La nuit est mon royaume / Claire Fauvel

 (Rue de Sèvres, 2020)


Créteil, en banlieue parisienne. Grâce à Alice, une nouvelle au collège, Nawel découvre la musique de Paul McCartney et plus largement le rock. Une fois au lycée, les deux amies décident de former un groupe, "Nuit Noire", et veulent faire des études de musique. Ceci contrarie fortement les parents de Nawel, d'origine algérienne. Ils se laissent convaincre, mais Nawel s'éloignant toujours plus des principes de l'Islam, ils finissent par la congédier. Elle devient donc indépendante par la force des choses.

La nuit est mon royaume est une BD poignante dans laquelle plusieurs sujets intéressants sont abordés : les identités culturelles, les relations toxiques, la dépression. On ressent bien le bouillonnement de la jeune fille qui cherche à se défaire des enfermements et l'exutoire qu'elle trouve dans la musique. Les dessins sont également réussis. 

À lire à partir du lycée.

Rédactrice : Anne B. (Médiathèque François-Mitterrand)

Mon cheval de bataille / Delphine Pessin


 

(Didier jeunesse, 2021)

Arthur a 10 ans. Passionné de voltige équestre, il voit un jour venir vers lui un cheval spécial, doué pour détecter les maladies. Il s'avère que le garçon a une leucémie. C'est le choc pour toute sa famille et notamment sa grande sœur Viviane, en pleine crise d'adolescence.

Mon cheval de bataille
est un roman qui traite de la maladie sans mélodrame. Les chapitres alternent entre la narration d'Arthur, qui décrit ce qui lui arrive, et Viviane, qui tente de faire face comme elle peut et est prise dans un tourbillon d'émotions (liées ou pas à la situation de son frère). Le livre montre bien comment l'équilibre peut changer au sein d'une famille quand une maladie se déclare. Bien écrit, le récit est prenant et se lit rapidement.

Rédactrice : Anne B. (Médiathèque François-Mitterrand)

Le petit astronaute / Jean-Paul Eid

 

(La Pastèque, 2021)

En revisitant la maison dans laquelle elle a grandi, les souvenirs affluent dans la mémoire de Juliette.
Son enfance a été marquée par le handicap de son petit frère Tom, né avec une paralysie cérébrale. Elle se rappelle les obstacles, mais surtout les beaux moments où sa différence a pu être accueillie.

Une bande dessinée dans laquelle on ressent bien l'amour et le soutien apportés à l'enfant malgré certains préjugés extérieurs et parfois aussi au sein de la famille. En effet, la mère a au début du mal à accepter la situation alors que le père et Juliette ont moins d'appréhensions.
L'histoire prenant place au Québec, les personnages s'expriment dans une langue parsemée d'expressions typiques qui reste tout à fait compréhensible pour les Français.

À lire dès la fin du collège.


Rédactrice : Anne B. (Médiathèque François-Mitterrand)

Les strates / Pénélope Bagieu

 

(Gallimard, 2021)

Avec sa couverture noire et son élastique, Les strates est une BD qui se présente un peu comme un carnet de notes ou un journal intime. Et c'est en effet de petites histoires autobiographiques que nous présente là Pénélope Bagieu. L'autrice/dessinatrice, célèbre depuis Culottées, n'a pas volé sa renommée. Son talent parvient à rendre hilarantes des anecdotes banales (ou plus originales) de la vie d'une jeune fille, depuis l'enfance jusqu'aux débuts de l'âge adulte. Certaines sont franchement cocasses, d'autres plus douces-amères, mais l'ensemble se savoure avec grand plaisir.

Rédactrice : Anne B. (Médiathèque François-Mitterrand)

Sur la route de West / Tillie Walden

 


 (Gallimard BD, 2020)

 

Beatrice, une jeune fille de 18 ans, croise Lou dans une station-service. Cette femme un peu plus âgée qui la connaît vaguement est d'accord pour emmener l'adolescente en voiture. Vers où ? Bea semble ne pas avoir d'idée précise. Lou aussi est en rupture avec son entourage. Elles se dirigent vers la ville de West.

Sur la route de West est un beau roman graphique qui raconte un road trip un peu surréaliste dans un Texas enneigé. Les deux jeunes femmes se rapprochent et s'épaulent pour surmonter des problématiques personnelles douloureuses. Le livre est visuellement très réussi, porté par de chatoyantes nuances de violet et d'orange.

Rédactrice : Anne B. (Médiathèque François-Mitterrand)

Refuge 1420 / Jean M. Firdion

 


(Le Muscadier, 2022, coll. Rester vivant)


Ludovic, 14 ans, attend que son père le rejoigne dans les Pyrénées pour partir en randonnée. Le père ayant un contretemps, l'adolescent se voit contraint de passer une nuit seul en montagne.

Jordan, 25 ans, est en cavale. Il s'est échappé de prison, où il était incarcéré pour avoir renversé en voiture et tué une petite fille.

Carla est la gendarme chargée de retrouver Jordan. Par ailleurs, on a signalé à son unité la découverte d'un cadavre d'adolescent.

Les trois personnages convergent vers le refuge de montagne Pyrénéa 1420.


L'épaisseur du roman (près de 400 p.) peut effrayer mais les chapitres courts le rendent plutôt digeste.

La longueur de l'histoire s'explique en partie par une attention particulière portée aux personnages. Une fois l'intrigue installée, on apprend à les découvrir.

Ludovic est malentendant. La mésentente de ses parents divorcés lui est pénible. Passionné de culture amérindienne, il apprécie la vie sauvage.

On devine chez Jordan un passé difficile. Quant à la fougueuse Carla, elle s'agace quand son compagnon déplore les risques liés à son métier.

Ce polar au décor montagnard est assez classique mais tient globalement en haleine. Le soin et la précision de l'écriture valent d'être soulignés.

Rédactrice : Anne B. (Médiathèque François-Mitterrand)

Satchmo / Léo Heitz

 

(Jungle, 2021, coll. RamDam)

Satchmo, jeune adolescent noir, vit à la Nouvelle-Orléans à l'époque des débuts du jazz. Sa mère gagne sa vie en tant que prostituée. Lui traîne avec d'autres gamins et les musiciens du groupe de Papa Joe. Il rêve de monter sur scène avec eux en jouant de la trompette. Quelques années plus tard, il s'installe à Chicago où le groupe s'est relocalisé, sans perdre de vue son objectif : libérer sa mère des griffes de l'homme qui l'exploite.

Cette BD dont l'histoire se déroule dans les années 20 est librement inspirée de la vie de Louis Armstrong. On y voit les options auxquelles faisaient face les Noirs, fortement discriminés : se soumettre ou se rebeller.
On découvre le rôle qu'a pu jouer la mafia italienne dans la scène musicale de l'époque.
Les personnages de la BD ont des visages de souris (clin d’œil à Mickey Mouse faisant ses débuts à la même époque ?), et les teintes en noir, blanc et brun complètent le côté rétro.
À lire à partir du lycée.

 Rédactrice : Anne B. (Médiathèque François-Mitterrand)

Lettres perdues / Jim Bishop

 


(Glénat, 2021)


Dans sa maison sur la plage, un garçon attend désespérément une lettre de sa mère. Hélas, le poisson-clown facteur n'a encore rien pour lui aujourd'hui.
Il croise "Frangine", une jeune fille en colère qui travaille pour la Pieuvre, la mafia. Frangine aussi est éloignée de ses parents. Un agent de police qui cherche à prendre du galon la suit de près...

Lettres perdues est un bel album BD très original. Avec ses couleurs tendres à dominantes de bleu/rose/jaune et son ambiance maritime, il propose un univers complètement fantaisiste qui a quelque chose de Miyazaki (Ponyo sur la falaise...). Comme chez le réalisateur japonais, le merveilleux est ici un biais pour aborder des sujets importants (deuil, mal-être, environnement, recherche du bonheur)

Rédactrice : Anne B. (Médiathèque François-Mitterrand)

La commode aux tiroirs de couleurs / Ruiz, Grisseaux, Causse et Winoc

(JC Lattès, 2021, coll. Grand angle) 


Une jeune femme lit les lettres que lui a laissées sa grand-mère dans une commode. Elle y raconte sa vie en Espagne puis dans le Sud de la France.

Les autres tiroirs de la commode contiennent divers objets liés à l'histoire familiale.


Cette BD est une adaptation du roman de la chanteuse Olivia Ruiz, grand succès en librairie. Y est abordé un pan de l'Histoire espagnole avec la retirada, l'exode vers la France de 400 000 républicains, mais c'est surtout l'histoire intime qui est mise en avant. Les dessins soutiennent en douceur ce récit féminin touchant.  À lire à partir du lycée.


Rédactrice : Anne B. (Médiathèque François-Mitterrand)