Le blog ados de la médiathèque François-Mitterrand de Poitiers

Le blog ados de la médiathèque François-Mitterrand de Poitiers et son réseau

"Flow" remporte le Prix du Roman Contemporain 2017


C'est le tome 1 de "Flow" de Mikaël Thévenot qui remporte l'édition 2017 du Prix du roman contemporain. Il a été élu par les élèves de 4e du département, devant "Ma fugue chez moi", "Aussi loin que possible" et "Les loups chantants".

L'auteur, dont c'est le premier roman, sera présent à Poitiers le jeudi 15 juin pour la remise du Prix au TAP en présence des élèves votants des 28 collèges ayant participé.

L'après-midi aura lieu une rencontre à la Médiathèque du centre-ville avec les élèves des collèges Henri IV et Jardin des plantes.

Ecoutez la rencontre avec Stéphane Tamaillon


La rencontre avec Stéphane Tamaillon, invité le 24 mars dernier pour (H)auteurs d'ados, est désormais écoutable en ligne ici.

Nouveau service : films à la demande



La Médiathèque propose dès à présent un nouveau service à ses abonnés : le téléchargement ou le visionnage en ligne parmi un choix de plus de  4000 films (fiction, documentaires, concerts). Vous pouvez visionner 3 films par mois, dont certains très récents, français ou étrangers. Pour voir comment faire, rendez vous sur la page "Ressources numériques" du portail.

La maison des reflets / Camille Brissot


(Syros, 2017)

2022, Daniel a 15 ans. Son père est le propriétaire de la plus prestigieuse "Maison de départ", où l'on peut rendre visite aux défunts sous forme de "reflets" : des clones virtuels. A part son père et sa gouvernante, Daniel ne fréquente que des "reflets" et vit une existence un brin maussade.
Missionné par son père pour créer un nouveau décor, Daniel se rend dans une fête foraine et y croise Violette, une jeune fille bien vivante.

Avec La Maison des reflets, l'auteur a trouvé une manière originale d'aborder le sujet de la mort et du deuil, et de faire s'interroger le lecteur.
Ce roman à l'atmosphère étrange aborde également les thèmes de la famille, du virtuel, des mensonges, des sentiments.
La forme du récit, classique et linéaire, et le niveau de lecture facile en font un roman à lire dès le collège.

Rédactrice : Anne B. (Médiathèque)

Caraval T. 1 / Stephanie Garber


(Bayard, 2017)

Scarlett et sa sœur Donatella vivent sur une île, à la merci d'un père tyrannique. Pour s'en échapper, Scarlett fonde beaucoup d'espoirs sur son prochain mariage avec un comte qu'elle n'a jamais rencontré. Or elle reçoit des invitations pour Caraval, un extraordinaire spectacle auquel elle a toujours rêvé d'assister. Les deux sœurs suivent un marin nommé Julian qui les transporte au cœur de ce monde enchanté. Rapidement, Donatella disparaît et Scarlett se met à sa recherche : Caraval n'est pas qu'un simple spectacle, c'est également un jeu où le réel et l'illusion se mélangent de manière troublante.

Avec ce premier roman, Stephanie Garber nous embarque au côté de son héroïne dans une aventure fascinante où, comme elle, nous risquons de nous perdre : suspense, faux-semblants... La lecture est prenante. 
Scarlett est aussi raisonnable et prudente que Donatella est insouciante et désinvolte. Quelle attitude est la plus appropriée à Caraval ? Et Julian, peut-on s'y fier ? Le mystère est savamment entretenu et le lecteur ne cesse de passer par des émotions contradictoires.
Les droits du roman ont été achetés en vue d'une adaptation au cinéma, ce qui n'est guère surprenant étant donné l'originalité de l'univers que l'auteur est parvenue à créer, quelque part entre Venise et le Pays des merveilles d'Alice. 


Rédactrice : Anne B. (Médiathèque)

Celle dont j'ai toujours rêvé / Meredith Russo


(PKJ, 2017)

Amanda fait sa rentrée dans un nouveau lycée après un déménagement chez son père, dans le sud des Etats-Unis. C'est un nouveau départ pour celle qui s'appelait Andrew jusque récemment. En effet, Amanda s'est toujours senti fille et assume désormais sa nouvelle identité, appuyée par un traitement hormonal.
Elle se fait rapidement des amies et tombe sous le charme de Grant, qui craque pour cette belle jeune fille sans se douter de son secret.

Le récit est entrecoupé de retours en arrière à différentes périodes de la vie d'Amanda qui nous éclairent sur la manière dont elle a vécu les choses depuis l'enfance : sa quête d'identité sexuelle bien sûr, mais aussi la réaction de ses parents, les brimades infligées par les autres garçons, sa tentative de suicide etc.

Beaucoup de références très américaines parsèment ce roman : football américain,  pickups sur le parking du lycée, églises fondamentalistes etc. Ce décor du sud des Etats-Unis, exotique pour le lecteur français, apparaît comme un terrain particulièrement miné pour une personne transgenre.

A la  fin du roman, l'auteur, elle-même trans, explique dans une note qu'elle a voulu faire comprendre ce que pouvait être un tel parcours de vie, même si d'autres peuvent vivre les choses différemment. En cela, elle est consciente d'avoir créé une "histoire type". Toujours est-il que Celle dont j'ai toujours rêvé est un beau roman sur l'acceptation de soi.


Rédactrice : Anne B. (Médiathèque)

L'Amour, le Japon, les sushis et moi


(Albin Michel, 2016)

Lucrèce, sa mère et son petit frère déménagent pour le Japon. L'adolescente fait son entrée au lycée dans la ville de Nagoya. Pourtant bilingue, elle éprouve des difficultés à s'intégrer. Quelle que soit sa bonne volonté et sa connaissance du pays, elle reste toujours une gaijin (étrangère) et ça l'agace. En rejoignant le Club des amateurs de sushis, la jeune fille espère nouer de vrais liens avec d'autres élèves. 

Ce roman offre une véritable immersion  dans la vie quotidienne du Japon d'aujourd'hui. L'effet "catalogue" est évité car les informations sur le mode de vie japonais sont habilement intégrées au récit, et la différence des mentalités fait partie de l'intrigue. Animée de bons sentiments, Lucrèce se mêle parfois un peu trop de ce qui ne la regarde pas. Cette maladresse réaliste la rend touchante, tout comme les personnages de garçons qui ne sont pas non plus idéalisés. L'Amour, le Japon, les sushis et moi est une agréable lecture dépaysante.


Rédactrice : Anne B. (Médiathèque)


La rencontre avec Stéphane Tamaillon



Vendredi 24 mars 2017 a eu lieu la 7e édition de (H)auteurs d'ados. C'est dans une salle bondée que notre invité, Stéphane Tamaillon, a rencontré ses jeunes lecteurs. Etaient présents des élèves des collèges Jean-Moulin (Poitiers), Saint-Exupéry (Jaunay-Clan) et Théophraste-Renaudot (Saint-Benoît) venus avec leurs enseignants documentalistes et de Français. 



Coordonnées par la journaliste Marine Nauleau, les questions fusaient de tous les côtés, aussi bien au sujet de son travail d'écriture que du contenu de ses différents livres. En effet, les élèves avaient lu aussi bien sa série Krine que ses albums Ciné-Monstres illustrés par Laurent Audouin en passant par Capitaine Squelette, L'Ultramonde ou Dans les griffes du Klan. L'auteur a notamment expliqué qu'il construisait minutieusement la trame de ses romans avant de se consacrer à la rédaction proprement dit. Il a également régalé son public de quelques anecdotes personnelles. Les questions ne tarissaient pas, mais bientôt ce fut l'heure des dédicaces avant que les élèves ne reprennent le chemin du collège.





Phobie douce / John Corey Whaley


(Casterman, 2017)


Cela fait 3 ans que Solomon, 16 ans, n'est pas sorti de chez lui. Il a "pété les plombs" un jour au collège, en proie à des attaques de panique. Depuis, il suit une scolarité par correspondance depuis le nid douillet qu'est sa maison, entouré de ses livres et séries préférés et de parents aimants.
Son quotidien prend une nouvelle tournure lorsque Lisa débarque dans sa vie. Cette ex-camarade de classe monte un dossier pour entrer en fac de psychologie : elle a décidé que, sous couvert d'amitié, elle allait faire de Sol son sujet d'étude et le soigner à son insu. Ne se doutant pas de la supercherie, les parents de Sol voient d'un très bon œil qu'une jeune fille vienne élargir l'horizon de leur fils. Sol accepte et bientôt c'est tous les jours que Lisa et son petit copain Clark rendent visite à l'adolescent. Une réelle sympathie s'établit entre les trois jeunes gens.


Sans beaucoup d'action et quasiment en huis-clos, Phobie douce est pourtant un roman captivant. Les personnages sont très vivants. Le style est simple et fluide, l'humour présent. Parfois on croit deviner ce qui va se passer, mais les choses se présentent finalement de manière plus subtile. Aucune caricature, beaucoup de délicatesse. Une belle lecture.

Rédactrice : Anne B. (Médiathèque)

Cell.7 / Kerry Drewery


(Hachette, 2016)


Martha Honeydew, 16 ans, a avoué avoir tué Jackson Paige, ancienne vedette télé.
Le système judiciaire a été réformé : ce sont désormais les téléspectateurs de "Mort = Justice" qui, à coup de SMS surtaxés, votent pour que les personnes accusées de meurtre soient ou non exécutées. 
Pendant les 7 jours du vote, Martha attend donc dans les différentes cellules du couloir de la mort de connaître le sort qui lui sera réservé. La jeune fille se dit coupable, mais Eve, sa conseillère, est persuadée qu'il n'en est rien et cherche à connaître la raison de cette déclaration.

On comprend rapidement que ce système qui se vante d'être démocratique est en réalité une implacable machine médiatique. Les propos de la présentatrice sont très orientés : pas de doute, les dés sont pipés.
Les récits de Martha et d'Eve alternent avec les retranscriptions des émissions TV. Les ressorts de l'intrigue se dévoilent très progressivement, assez habilement pour inciter le lecteur à tourner les pages sans discontinuer.
Au-delà de l'aspect "suspense", ce roman est intéressant par les questions qu'il soulève sur les médias, la justice et la conscience morale.

Rédactrice : Anne B. (Médiathèque)

Stéphane Tamaillon pour (H)auteurs d'ados 2017


Chaque printemps, la Médiathèque organise (H)auteurs d'ados : la rencontre entre un auteur de romans pour adolescents et des lecteurs collégiens. En 2017, dans ce cadre, c'est Stéphane Tamaillon qui sera notre invité le vendredi 24 mars.

Stéphane Tamaillon est très tôt passionné par la littérature, la bande dessinée et le cinéma. Il dévore les ouvrages d'Hergé, de Stephen King ou d'Arthur Conan Doyle avant de découvrir le cinéma "de genre". Les extraterrestre de Spielberg, les monstres de Carpenter ainsi que les vieux films de science-fiction, d'épouvante et d'aventure des années 1950 nourrissent alors son imaginaire. Après un passage par l'école des Beaux-Arts, il suit des études d'histoire et devient enseignant. L'écriture lui permet de contenter son goût pour l'Histoire avec un grand H, mais aussi celui qu'il conserve pour les récits mystérieux et les séries B de son enfance. (Présentation : Ricochet)

Quelques-uns de ses romans :

Série L'Ultramonde (Seuil jeunesse)

Mathilde et son jumeau Louis n'ont jamais manqué d'imagination. Mais comment auraient-ils pu penser que des créatures maléfiques issues d'une autre dimension, les Dérailleurs, projetaient de détruire le monde ? Et qu'elles les obligeraient à fuir dans l'Ultramonde, une île fantastique où s'entremêlent toutes les époques de l'Histoire ? 
Pourront-ils seulement compter sur l'aide du génial inventeur Nadar et de ses incroyables machines ? 
En tout cas, Mathilde et Louis doivent absolument empêcher les Dérailleurs de réunir les trois pierres du Fâark. Ou ces monstres auront bientôt tous les pouvoirs...


Série Krine (Gründ)

En 1889 à Londres, Hector Krine, enquêteur privé en déficit de clientèle, découvre le corps sans vie de son amour de jeunesse, la nécromancienne Hécate. Elle a été tuée par un loup-garou. Convaincu que ce crime cache quelque chose de très inquiétant, Krine se lance à corps perdu sur la piste des assassins et des commanditaires. Il va devoir plonger dans son propre passé pour y découvrir la vérité. Hector Krine n’est pas pour autant au bout de ses peines !




Dans les griffes du Klan (Seuil jeunesse)

" - Les Blancs n'ont pas à te dire quoi penser, ni quoi faire. Au fond, il n'y a qu'eux pour croire qu'ils sont meilleurs que toi. " 1955. En Alabama, où le Klan fait régner " l'ordre ", Jessy vit la ségrégation raciale au quotidien. Lorsque le jeune Noir croise la route de jazzmen, il découvre une soif de liberté qu'il ne se connaissait pas. Dès lors, poussé par une mélodie enivrante, il n'a plus qu'une idée en tête : braver les interdits dictés par les Blancs. Mais jusqu'où le mèneront ses défis toujours plus osés ? 

Sélection Prix du roman contemporain : Les loups chantants, d'Aurélie Wellenstein

(Scrineo)

Yuri appartient à un clan d’éleveurs de rennes. Il vit dans un village entouré par un perpétuel blizzard. Il y a un an, son amour, Asya, a disparu dans la tempête, attirée par les hurlements hypnotiques des loups chantants. Bien que tout le monde la croie morte, le garçon espère qu’elle soit toujours en vie, quelque part, de l’autre côté du blizzard.

Un jour, la sœur de Yuri, Kira, contracte un mal étrange ; son corps se couvre de glace. Pour le chaman du clan, la jeune fille est maudite par le dieu de l’hiver ; elle est bannie, et condamnée à s’enfoncer seule dans le blizzard. Mais une amie, Anastasia, rejette farouchement ce verdict surnaturel. Selon elle, il s’agit d’une maladie soignable à la capitale, par la chirurgie.

Déterminés à tout tenter pour sauver Kira, Yuri et Anastasia prennent leurs traîneaux à chiens pour emmener la jeune malade à la capitale. Mais aussitôt partis à travers le blizzard, les loups les prennent en chasse.


Aurélie Wellenstein a 35 ans.
Vers 27 ans, elle a commencé à soumettre ses textes à des fanzines, revues ou des maisons d’éditions éditant des anthologies de nouvelles.
En 2015, sont publiés simultanément deux romans : Chevaux de foudre (Magnard) et Le Roi des fauves (Scrineo).
En 2016, c’est trois romans qui sont parus : Les loups chantants (Scrineo), La fille de Tchernobyl (Magnard) et le Cheval et l’Ombre (Voy’El).
Que ce soit pour la lecture ou l’écriture, son domaine de prédilection est la fantasy, de préférence étrange et inquiétante.

(Résumé : Scrineo)



Sélection Prix du roman contemporain : Ma fugue chez moi, de Coline Pierré

(Rouergue)

Quelques jours avant Noël, suite à une séance d’humiliation au collège, et à l’annonce que sa mère, une fois de plus, ne sera pas là pour les fêtes, Anouk décide de fuguer. Mais après une demi-journée dehors, elle rentre… et va se cacher dans le grenier. Clandestine chez elle pendant deux semaines, elle va finir par renouer avec les siens, le temps que chacun dise son inquiétude et son amour.


Coline Pierré est née en 1987. Elle a grandi en Alsace, a vécu à Paris et habite aujourd’hui à Nantes. Elle travaille dans un atelier (l’Atelier Autonome) avec d’autres artistes et participe parfois aux projets de Martin Page.

(Résumé et présentation : Rouergue)


Sélection Prix du roman contemporain : Flow t.1, de Mikaël Thévenot

(Didier Jeunesse)

Josh, 16 ans, souffre de crises de migraine depuis son enfance. Son entrée au lycée va le troubler plus qu’il ne s’y attendait. Les migraines, qui l’avaient épargné pendant longtemps, recommencent à le malmener.
Il finit par en comprendre la raison : il a la capacité d’accéder au « flot » de pensées de toutes les personnes qui l’entourent. 
D’abord seul face à cette révélation, il trouve soutien et conseils auprès d’un internaute mystérieux, qui le contacte directement sur son ordinateur. Avec son ami Axel, petit génie de l’informatique, Josh va tout faire pour découvrir l’identité de son drôle de mentor et l’origine de son don.
Une aventure numérique qui le mènera aux Etats-Unis, où il a vécu avec sa mère avant qu’elle ne meure dans de sombres circonstances il y a huit ans, et où un agent du FBI, Kyle Chester, a cherché en vain à élucider le mystère de cette mort. À une dizaine d’années d’intervalle, l’un et l’autre frôlent le danger pour mener leurs propres enquêtes.
Du fantastique au policier : le premier tome d'un thriller détonant entre Poitiers et Boston !



Mikaël Thévenot est né en 1977. Après être passé entre autres par Poitiers, Manchester, Lille ou encore Perpignan, il habite aujourd'hui à Montpellier avec sa compagne et leurs deux enfants. Passionné de musique, il a participé à plusieurs projets en tant que guitariste ou batteur mais aujourd'hui, il se lance dans une nouvelle forme d'écriture. Flow est son premier roman.


(Résumé et présentation : Didier Jeunesse)